LAGASH


LAGASH
LAGASH

LAGASH

Nom d’un État sumérien et de sa principale ville. On a longtemps cru que le site appelé de nos jours Tello et fouillé de 1877 à 1933 par des missions françaises (de Sarzec, Cros, Genouillac, Parrot) était ce qui restait de l’ancienne capitale. Des fouilles américaines plus récentes ont montré qu’en réalité Tello correspondait à l’ancienne Girsu, une des grandes agglomérations de l’État de Lagash, tandis que la capitale se trouvait un peu plus à l’est, sur le site d’Al Hiba.

Tello, à 250 kilomètres environ au sud-est de Bagdad, est une colline artificielle de 4 kilomètres sur 3 kilomètres. Le site est occupé dès l’époque d’Obeid, au début du \LAGASH IVe millénaire, comme l’attestent des tessons peints caractéristiques. L’époque suivante, dite d’Uruk, n’est guère mieux représentée, et il faut attendre le Protodynastique pour que notre information se précise. De nombreux textes, dont beaucoup provenant de fouilles clandestines, nous renseignent sur le fonctionnement des grandes institutions, temples et palais, et nous donnent les noms des rois (dont Ur-Nanshe, Eannatum, Urukagina, Entemena) qui assument le pouvoir entre \LAGASH 2500 et \LAGASH 2300 environ. Peu de vestiges architecturaux ont échappé à la pioche destructrice des fouilleurs, car, au début du siècle, on ne savait pas reconnaître la brique crue, principal matériau de construction utilisé en Mésopotamie. Il faut cependant signaler les restes d’une petite construction bipartite en briques cuites, entourée d’une colonnade qui, malgré son aspect modeste, pourrait bien être le temple de Ningirsu, la principale divinité locale. Cette construction était associée à un abondant matériel (dont une bonne partie est aujourd’hui au Louvre), par exemple des statues aux proportions ramassées et des plaques de pierre ornées en bas relief. L’une d’elles représente le roi Ur-Nanshe présidant à la construction d’un temple. Mais l’œuvre la plus importante de cette époque est la stèle des Vautours: son décor en bas relief sur plusieurs registres superposés raconte la victoire de Lagash sur la ville voisine d’Umma. Sur une face, le roi conduit ses hommes sur le champ de bataille, tandis que des vautours dévorent les cadavres d’ennemis déjà vaincus. Sur l’autre face, c’est le grand dieu de Lagash qui assomme les ennemis de sa ville emprisonnés dans un grand filet. À cette époque, en effet, les multiples principautés qui se partagent le pays s’entredéchirent pour satisfaire les exigences de leur économie en expansion ou les ambitions de leur souverain. Plusieurs cités-États (Uruk, Ur, Kish, Lagash) contrôlent ainsi tour à tour une part plus ou moins grande du Sud mésopotamien. La rivalité de Lagash et d’Umma à propos de champs limitrophes est l’un de ces épisodes. Pendant un temps, le conflit reste limité mais, vers \LAGASH 2450, Eannatum écrase la ville ennemie qui doit céder les territoires contestés et payer un lourd tribut. Poursuivant sur sa lancée, le roi conquiert Ur, Uruk, Kish et va jusqu’en Élam. D’autres grands souverains lui succèdent, tel Urukagina, célèbre pour avoir limité les abus du pouvoir et protégé le peuple. Mais, vers \LAGASH 2350, Umma prend sa revanche. Lugazaggesi s’empare de Lagash et unifie pour la première fois (mais pour peu de temps) la basse Mésopotamie, avec Uruk pour capitale. C’est toutefois un Sémite, Sargon, qui, quelques années plus tard, crée le premier empire véritable. L’époque correspondante, dite d’Akkad, n’est que peu représentée à Tello, mais on peut signaler une belle stèle de victoire, conservée au Louvre: des guerriers armés de lances, d’arcs, de haches ou de massues tuent des ennemis ou poussent devant eux des prisonniers, dans des scènes beaucoup plus réalistes et aérées qu’auparavant.

Le site retrouve une place de premier plan vers \LAGASH 2150, après la destruction de l’empire d’Akkad. Le prince le plus célèbre est alors Gudéa, qui se fait représenter en ronde bosse, debout ou assis, drapé dans une étoffe à franges laissant nus l’épaule et le bras droits, les mains sur la poitrine en geste d’adoration. Les rois de la IIIe dynastie d’Ur restaurent par la suite les temples de Girsu, puis la ville décline doucement et semble être abandonnée au \LAGASH XVIIe siècle.

Quant au site d’Al Hiba (la ville de Lagash), c’est un énorme tell de près de 500 hectares, situé à 25 kilomètres environ à l’est de Tello. Là encore, c’est au \LAGASH IIIe millénaire, à l’époque protodynastique, que le site atteint sa plus grande expansion, pour redevenir ensuite une petite agglomération jusqu’au début du \LAGASH IIe millénaire et finalement disparaître. Le principal intérêt des fouilles américaines réside dans la découverte de deux sanctuaires superposés, du IIIe millénaire. Le mieux conservé, et aussi le plus récent, est un temple entouré d’une vaste enceinte de 90 mètres de largeur, rappelant le temple ovale de Khafadje, dans la Diyala, ou celui d’Al Obeid. Une inscription atteste que le bâtiment fut construit par Eannatum pour la déesse Inanna et nous en donne le nom, l’Ibgal. Or d’autres textes indiquent que l’Ibgal se trouvait à Lagash, ce qui assure l’identification d’Al Hiba. Un temple à redans du \LAGASH IIe millénaire fut aussi découvert.

Lagash
(auj. Tell al-Hiba, Irak), anc. cité-état de la basse Mésopotamie, fondée au IIIe millénaire av. J.-C.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lagash — (ar) لجش ou لكش Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Lagash — ( is modern Tell al Hiba, Iraq. Located northwest of the junction of the Euphrates and Tigris rivers and east of Uruk, Lagash was one of the oldest cities of Sumer and later Babylonia. Nearby Ngirsu (modern Telloh ) was the religious center of… …   Wikipedia

  • Lagash — fue una de las ciudades más antiguas de Sumeria y más tarde Babilonia. Está representada por una baja, larga línea de montículos de ruinas, ahora conocida como Tell al Hiba en Iraq, al noroeste de la unión del Éufrates con el Tigris y al este de… …   Enciclopedia Universal

  • Lagash — La ciudad estado de Lagash fue una de las ciudades más antiguas de Sumeria y más tarde Babilonia. Sus restos conforman una baja y larga línea de montículos de ruinas, conocida ahora como Tell al Hiba en Irak, al noroeste de la unión del Éufrates… …   Wikipedia Español

  • Lagash — /lay gash/, n. an ancient Sumerian city between the Tigris and Euphrates rivers, at the modern village of Telloh in SE Iraq: a palace, statuary, and inscribed clay tablets unearthed here. * * * modern Telloh Ancient capital in Sumer. It was… …   Universalium

  • Lagash —    One of the more important Sumerian cities in the late fourth millennium b.c. and all through the third millennium b.c. Located about 120 miles (193 km) northwest of modern Basra, Iraq, the main urban center of Lagash (modern Tell al Hibba) was …   Ancient Mesopotamia dictioary

  • LAGASH —    Important Sumeriancity state in the third millennium B.C. It had several urban centers: Lagash itself (modern Al Hibba), Girsu (modern Tello), and Nin Sirara (modern Zurghul). Girsu, excavated by the French archaeologist Ernest de Sarzec in… …   Historical Dictionary of Mesopotamia

  • Lagash — geographical name ancient city of Sumer between the Euphrates & the Tigris at modern village of Telloh te ˈlō in S Iraq …   New Collegiate Dictionary

  • Lagash — Sitzende Statue des Gudea, Prinz von Lagaš, der Gottheit Ningishzida gewidmet (ca. 2.120 v. Chr.; ausgegraben in Telloh [ehem. Girsu], Irak) Lagaš (auch Lagasch, Lagas) war eine sumerische Stadt in Süd Mesopotamien. Der heutige Name ist Tell el… …   Deutsch Wikipedia

  • Lagash — La•gash [[t]ˈleɪ gæʃ[/t]] n. anh ara an ancient Sumerian city between the Tigris and Euphrates rivers, at the modern village of Telloh in SE Iraq …   From formal English to slang